AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Car l'océan reste l'océan. [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden D. Hana



avatar

♦ Messages : 71
♦ Date d'inscription : 19/05/2011

♦ Age : 27
♦ Race : Humain.
♦ Camp : Girouette~
♦ Équipage : Qui sait ?

Feuille de personnage
Niveau:
14/50  (14/50)
Exp:
0/80  (0/80)

MessageSujet: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Dim 14 Aoû - 21:39


Car l'océan reste l'océan.

L’immensité du ciel recouvrait de son manteau la mer sombre. Alors que le jour pointait sur l’océan, effaçant étoiles et lune, un navire virait sur les flots. A son bord, le silence de la nuit laissait place au tumulte de l’aube. Assise sur le bastingage, Set observait d’un œil morne toute cette agitation. D’où pouvaient-ils tirer une telle énergie ? Cette question matinale restait pour toujours un mystère. La jeune femme avait beau lutter contre le sommeil, tous les matins depuis toujours, elle n’avait jamais trouvé la clé à cette énigme. Pour elle le réveil restait un fléau assommant et invincible. Elle trempa ses lèvres dans une tasse de café qui par hasard s’était retrouvée dans ses mains -en vérité elle l’avait prise en sortant de sa cabine, mais son esprit lui refusait les portes de la mémoire. D’ailleurs elle pencha la tête sur le côté, dans un dernier espoir de connecter ses neurones. Espoir vainc auquel elle renonça dans l’instant. Elle entreprit alors de descendre de la rambarde -sans tomber, ni renverser sa tasse ce qui ne fut pas une mince affaire- et lorsqu’elle posa les pieds à terre, elle prit conscience que l’action lui avait au moins prit cinq bonnes minutes. En effet le refroidissement brutal de son café ne pouvait être dut qu’au temps qui n’avait qu’à faire que de passer trop vite. Un soupir de désespoir aurait pu franchir sa gorge si elle n’avait été trop fatiguée pour le pousser. Maintenant de mauvaise humeur, elle se mit en marche vers sa cabine en grommelant des jurons un peu trop crus. C’est après de nombreux détours, quelques malheureuses et innocentes portes fracassées et une vingtaine de gorgées de café froides qu’elle arriva enfin à son logement. Après avoir soigneusement fermé la porte -c’est-à-dire l’ayant claqué à cause d’un manque de contrôle musculaire- elle fut obligée à longer les murs pour ne pas s’étaler sur son lit dans un élan irrépressible de paresse. Une fois dans la salle de bain -où dans ce qui en faisait l’office- elle se demanda pour quelle absurde raison elle tenait encore la tasse de café dans ses mains. Le hublot fut rapidement ouvert et le récipient fit un vol plané vers l’océan. Quinze minutes plus tard, nul n’aurait pu deviner le mal qui habitait la jeune femme auparavant et le seul témoin des portes fracassées et de la tête du matin de mademoiselle résidait maintenant au fond de la mer parmi les habitants des abysses. Elle s’étira laissant un soupir de bien-être franchir ses lèvres puis reprit ses affaires et sortit de sa cabine. Le jeu commençait.

Et l’assassin reste l’assassin.

Le navire de croisière, que dis-je, le paquebot voguait toujours sur les mers. Le soleil atteignait maintenant son apogée et toujours aucun nuage ne se formait pour atténuer ses rayons brulant. L’été étendait son règne sur toute la région de South Blue. Elle remercia silencieusement son commanditaire pour ce séjour plus que plaisant dans le luxe et la débauche, puis s’élança discrètement dans les couloirs. Elle entra l'air détendu dans un des bars de l'immense bateau. La pensée que tous ces riches n'avaient pas peur des pirates lui traversa l'esprit et lui arracha presque un petit rire. Alors qu’elle se dirigeait vers le bar, elle repéra sa cible assise -pardon, avachie- sur un transat. Plutôt bel homme cet avare. Elle avisa les coups d’œil vers la poitrine opulente de la femme assise à ses côtés et la technique de drague des plus grossières. Plutôt pervers aussi. Un sourire moqueur lui barra les lèvres avec l’envie d’éclater de rire devant une scène aussi grotesque. Elle balaya le reste de la salle du regard puis commanda un verre pour paraître plus naturelle, écoulant ainsi l’argent de son patron. Tandis qu’elle buvait lentement, accoudée au bar, le barman dû prendre ses longs regards vers la cible pour des œillades vers la diva blonde car il essaya de la dissuader.

« Don Avonchi est très dangereux malgré les apparences, d’après moi vous feriez mieux de renoncer à Mademoiselle. »

Set sourit.

« En général, rien ne m’arrête, mais j’apprécie l’attention. »

Elle vida son verre, le posa là, et quitta la salle. Une cible connue de plus, elle se lécha les lèvres. Une cible sexy, connue et dangereuse, que demander de plus. Le soir arriva et le soleil vira vers l’horizon. La jeune femme passa son sabre à sa ceinture. Elle devrait y faire attention car c’était un sabre de marine qui pourrait facilement la faire repérer. Elle plongea dans les ombres, joua avec elles, fondit en elles, ne fit qu’un, disparut. Sa proie, inconsciente, se déplaçait dans les couloirs vides, un bras possessif autours de la jeune blonde gloussant alors que Set se glissait dans la cabine luxueuse des amants. Leur nuit serait courte, pour sûr. Et bien plus pour l’un que pour l’autre. L’assassin attendit, tapit dans l’ombre qu’ils déversent leur plaisir. Ce fut long, mais Set avait la patience. Lorsque les soupirs de plaisirs furent remplacés par des souffles réguliers, elle se redressa. Son couteau fusa vers le cœur de l'homme. Il n’y resta pas et elle reprit avec la lame coupable. Le bandeau qui lui couvrait la nuque fut ôté et renoué dans ses cheveux. Un coup de pied puissant réveilla la blonde qui avait succombé à ses précieux désirs. Loin dans la nuit un cri s’élança. Hana quitta la chambre, sautant dans un canot alors que le cri de désespoir de la jeune fille scandant son pseudonyme résonnait encore à ses oreilles.

Alors Hana restera Set.
SIGNATURE :


Dernière édition par Golden D. Hana le Sam 19 Nov - 13:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorki

Lok, L'ange fou!

avatar

♦ Messages : 269
♦ Date d'inscription : 03/01/2011

♦ Age : 34
♦ Race : ange
♦ Camp : pirate
♦ Équipage : Sen'paku no Yume

Feuille de personnage
Niveau:
10/50  (10/50)
Exp:
73/80  (73/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Lun 15 Aoû - 1:10

Lok était
dans un petit bateau pour rejoindre l’homme qu’il cherchait, il était parti de
l’île de Dawn en laissant Stars pour rejoindre la prochaine île. Cela faisait
près de six heures que son minuscule bateau voguait dans la mer. Lorki était
fatigué, il lui restait encore quelques heures à naviguer donc il se permit de
pensée au passée un peu. Il se mit à penser à sa première défaite, c’était il y
a quelques mois, environ cinq semaines avant d’avoir rencontré Fujiin. Il avait
réussi à obtenir un bouleau de barman sur un bateau qui hébergeait des hommes
riches et connus. Il venait juste de commencer, c’était sa troisième journée et
sa dernière, il n’avait presque pas dormi et il dormait presque debout. Il
observait les gens et il essayait d’être sociable. Celui qui l’engagée avait
besoin d’un barman immédiatement et en plus il trouvait que Lok allait attirer
les clients avec ces ailes. Ce jour-là Lok portait un veston blanc avec son
cache-œil.

Un jeune homme venait de commander un verre, Lok lui apportât et lui dit :
«Bonjour moi c’est Lorki votre Barman,
vous m’appelez si vous voulez un autre verre».
Puis Lorki observa que celui qui
venait d’arriver regardait la jolie blonde qui se tenait avec Don Avonchi un
homme très célèbre sur ce bateau. Alors Lok lui dit :
« Don Avonchi est très dangereux malgré les apparences,
d’après moi vous feriez mieux de renoncer à Mademoiselle. »
Le jeune homme sourit puis il dit :
« En général, rien ne m’arrête, mais j’apprécie l’attention. »

Après cet évènement, le jeune homme vida son verre et partit.
Lok observa sa démarche discrète et sure de lui, il aimait bien ce jeune homme.
Quelques heures après, Don Avaonchi partit avec la
femme en direction de sa chambre. Les étoiles brillaient et la Lune était à son
meilleur. Lok finissait son service dans quelques minutes, donc il servit
quelques verres, puis il se dirigea vers sa chambre. En route il entendit le cri
de la blonde qui était avec Don Avonchi pendant la journée, elle cria :
« Au secours, Don Avonchi est mort!
C’est un dénommé Set qui l’a tué aider moi! »

il rassura la femme puis en vitesse il se dirigea vers sa
chambre et prit le Yabat’Suy. Il se mit à courir vers les canots de sauvetage,
car il voyait ce Set s’enfuir.

En voyant qu’il n’aurait pas le temps, il sauta à l’eau. Lorki était un bon
nageur, mais il savait que la prochaine île était à quatre heures de bateau
donc il devait rattraper ce canot s’il voulait survivre. En plus que le
paquebot allait dans le sens contraire et qu’il allait beaucoup plus vite. Donc
il se mit à nager le plus vite qu’il pouvait. En nageant il se disait, mais
pourquoi à tu fais cela, tu vas mourir. Après quelques minutes, il atteignit le
petit canot. Il allait plus vite qu’un humain normal, car il se propulsait dans
l’eau grâce à ces ailes. Il ne savait pas s’il devait s’accrocher au canot ou
bien juste planter le Yabat’Suy dans la coque. Il décida donc de monter et si
se Set l’attaquerait il aurait juste à replonger, mais en y pensant il attendit
que se Set dorme. Donc pendant plus d’une heure il avait suivi le canot
tranquillement, en reprenant son respire de temps en temps. Au bout de cette
heure, il décida de monter à bord du bateau sans faire de bruit. C’est vêtement
était tous mouillé et il avait froid, donc en attendant il se déshabilla et
bien sûr il chercha pour des couvertures qu’il y avait dans la trousse du canot.
Il étendit son linge et observa ce Manche qui avait les paupières clause,
espérant qu’il dormait réellement. Il se mit à ramer durant quelques minutes
pour s’assurer qu’il se dirigea réellement vers l’île la plus proche.

Ensuite Lorki s’endormit, rêvant de se réveiller encore vivant. À son réveil,
il prit du pain dans la trousse, il avait dormi à peine deux heures et le
soleil se réveilla bientôt. Il prépara un petit déjeuner de fortune pour son
compagnon Set et il ramait vers l’île, ils allaient arriver dans moins d’une
heure et il voulait savoir qui était se Set. C’est vêtement était encore trempé
donc il gardait seulement c’est pantalon. Il observait ce Set et il trouvait
que ce jeune homme était différent comme si c’était, une femme, il reprit le
contrôle de ces idées et ce dit que c’était une pensée absurde son visage était
doux et tendre, mais bien trop sévère ou plutôt masculin. Donc il attendit que
le jeune homme ouvre les yeux.
SIGNATURE :
_________________
J'aurais pu mourir, j'aurais dû mourir, mais je suis vivant.

Alors vous allez mourir!


Dernière édition par Lorki le Dim 18 Sep - 4:17, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden D. Hana



avatar

♦ Messages : 71
♦ Date d'inscription : 19/05/2011

♦ Age : 27
♦ Race : Humain.
♦ Camp : Girouette~
♦ Équipage : Qui sait ?

Feuille de personnage
Niveau:
14/50  (14/50)
Exp:
0/80  (0/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Mer 17 Aoû - 16:43


Alors qu’elle s’éloignait du bateau, tirant sur les rames avec une tranquillité non feinte, elle vu une forme sombre sauter dans l’eau. Celle-ci cherchait apparemment à la rattraper puisqu’elle nageait désespérément vers elle. Par automatisme elle continua de ramer, observant du coin de l’œil cet être obscur qui luttait contre les vagues, s’aidant de deux magnifiques ailes. Ces ailes étaient d’ailleurs les deux seules choses qu’elle pouvait distinguer dans cette nuit noire. La créature batailla de longs instants avec l’océan. Si longtemps que la lune put se lever, étendant ses rayons bienfaiteurs sur ce monde ténébreux. Enfin la jeune femme put mieux distinguer les formes de l’homme ou plutôt de l’ange qui nageait vers elle. Cependant distinguer restait un bien grand mot, disons qu’elle devinait un homme derrière cette carrure opaque. Il se rapprochait lentement car Set ralentissait. Du moins c’est ce qu’elle cru au départ. Puis elle comprit qu’il s’aidait de ses ailes, pas pour rester à la surface, mais pour avancer. Un humain normalement conçu n’aurait pas pu aller aussi vite qu’il le faisait. Tandis que les minutes passaient, l’ange se rapprochait, lorsqu’il fut à cinquante mètres d’elle, Set replia les rames, doucement. Elle les rangea sur le côté. Elle s’assit ensuite en tailleur, les mains sur ses genoux. Son sabre à son côté. Ses armes prêtent à être dégainées, toujours cachées sur son corps. Elle ferma les yeux et respira lentement. Doucement, alors que le temps passait, l’ange s’accrocha enfin au canot. Hana le sentait. Elle sentait la barque pencher, elle sentait qu’il allait monter. Puis soudain il cessa tout mouvement. Elle devina qu’il redoutait qu’elle lui bondisse dessus aussitôt il aurait passé le bastingage. Il resta ainsi longtemps, si longtemps que Set entra dans un demi-sommeil, mais son sommeil dans ses situations n’en était jamais un vrai. Lorsqu’il se remit à se mouvoir, elle reprit son observation. Au tangage de la barque elle sut qu’il montait dans le bateau. Une fois à l’intérieur, il marqua une nouvelle pause, puis, quand il fut assuré qu’elle était immobile, il bougea de nouveau. Elle fronça légèrement les sourcils lorsqu’il tira le sac sous ses pieds pour en extirper une couverture. Après quelques instants il prit les rames. Elle les sentit glisser contre ses pieds, mais elle resta parfaitement immobile. La jeune femme hésita à arrêter l’homme pour peu qu’il change son cap, mais finalement ne bougea pas. Il la croyait endormie. D’ailleurs elle ne comprit pas pourquoi il ne l’avait pas attaquée.

Au bout d’un long moment, des légers ronflements lui parvinrent. Hana ouvrit les yeux, se retenant de rire. Qu’est-ce que c’était que ce drôle d’énergumène qui venait à elle ? De près elle reconnu immédiatement le barman. Tandis qu’il dormait elle essaya de comprendre ce qu’il faisait là. Elle avait d’abord cru qu’il venait pour lui faire la peau, ou au moins l’arrêter. Il aurait amplement pu profiter de son pseudo-sommeil pour tenter de la capturer ou même de la tuer, mais lorsqu’il était enfin parvenu jusqu’au canot il avait pris ses aises et avait même été jusqu’à s’endormir ! Elle pouvait comprendre qu’il soit épuisé après le grand effort qu’il venait de fournir, mais de là à tomber de sommeil devant l’ennemi… Décidément elle ne comprenait pas. Il n’avait pas peur qu’elle profite de son sommeil pour le tuer, proprement ? Cependant il avait de la chance, elle n’aimait pas tuer pour le plaisir. Elle soupira et referma les yeux, attendant que la nuit passe.

Les nuits d’été étaient courtes, si bien que le jour ne tarda pas à venir. Lorsque les premiers rayons du soleil frôlèrent la surface de l’océan, le barman se réveilla. Alors qu’il s’étirait, du moins elle l’imagina à son soupir de bien-être, elle se rappela qu’il lui avait annoncé son nom. Elle étira sa mémoire en tous sens pour essayer de retrouver le nom de cet homme étrange. Celui-ci lui revint comme un éclair de lucidité lorsqu’elle ouvrit les yeux et le trouva face à elle, en train de ramer.

« ... Lorki votre barman ... »

Elle le regarda un instant puis son regard tomba sur un morceau de pain et une bouteille de lait à côté d’elle. Pour quelle absurde raison avait-il préparé quelque chose pour elle ? Soit il voulait acheter ses services, soit il cherchait à l’empoisonner, soit il était complètement inconscient. Elle décida de poser la seule question qui convenait à la situation et qui, d’ailleurs, tombait sous le sens.

« Que voulez-vous ? »

Son regard se fit froid, sa voix avait tranché dans la mélodie de l’eau sur la coque du petit bateau. Une voix sérieuse, la voix de Set. Elle apercevait, non loin derrière lui, une île qu’elle espérait être sa destination. Sur ses gardes, elle était prête à bondir sur l’inconnu plus qu’étrange. N’importe quel assassin à sa place lui aurait déjà tranché la tête. Cependant il était si bizarre que la jeune femme fut prise de curiosité. Elle l’aurait bien assaillit de questions plus indiscrète les unes que les autres, mais sa position ne lui permettait pas, pour le moment, un écart de conduite.

Comme l’on dit… Prudence est mère de sureté.

SIGNATURE :


Dernière édition par Golden D. Hana le Dim 25 Sep - 12:17, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorki

Lok, L'ange fou!

avatar

♦ Messages : 269
♦ Date d'inscription : 03/01/2011

♦ Age : 34
♦ Race : ange
♦ Camp : pirate
♦ Équipage : Sen'paku no Yume

Feuille de personnage
Niveau:
10/50  (10/50)
Exp:
73/80  (73/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Sam 27 Aoû - 23:56

Lorki n’attendit pas très longtemps avant que
Set ouvre les yeux, le jeune homme le regardait d’une aire étrange.
Sans même attendre, Set commença à regarder le pain et le lait que
Lorki avait posé près de son nouveau compagnon. Tout en continuant
de ramer vers l’île en vue, Lorki observait l’homme devant lui.
Un peu plus tard Set lui dit quelque chose, il lui dit :
« Que voulez-vous ? »
« Ce que je veux…? Je veux savoir qui es-tu?
Pourquoi as-tu tué Don Avonchi? Et où vas-tu?
Ensuite si tu ne veux rien me dire nous pouvons nous arranger autrement.»


Lorki posa sa main sur le Yabat’Suy et il attendit que Set réagisse.
Il ne voulait pas combattre dans un petit canot,
mais il avait trop hâte de pouvoir mesurer sa force
contre un adversaire puissant, donc il dit :

« Bon nous allons attendre d’être sur l’île avant
d’essayer de nous tuer, c’est bon?»

Lorki enleva sa main du Yabat’Suy et il mangea un peu de pain,
cela faisait des heures qu'il n'avait pas mangé et son ventre le torturait.
Puis il se présenta convenablement :
« Moi c’est Lorki. »
Tout en lui présentant sa main pour lui serrer la main de la bonne vieille coutume.
Set n’avait pas l’aire très sociable. Surtout en se réveillant,
il ne parlait pas beaucoup et son sourire était loin d’être là, très loin.
Il était mince et il avait l’aire très rapide et agile, donc redoutable en combat.
Lorki, lui, avait une pleine confiance en lui et en son arme.
Ils étaient rendu à environs dix minutes de l’île et
Lorki commença à sentir la fatigue dans c’est avant bras.

Il laissa les rames dans le canot et attendit que le courant les apporte plus près de l’île.
Île magnifique avec un petit village marchand, un port bien rempli,
plein de verdure et d’arbres fleurissant. Au loin,
Lorki apercevait de grandes collines et un volcan d’une puissance phénoménale,
mais là le volcan était étain depuis quelques années.
Le vent soufflait sur son visage, il s’était détendu,
le bateau voguait vers l’île. Les bateaux commencèrent à se distinguer,
le village était grand et le port magnifique.
Arrivé à l’un des quais, il débarqua et regarda son compagnon et lui dit :
«Tu ne veux pas me répondre, d’accord, mais je vais te faire parler.»
Il prit le Yabat’Suy à deux mains et il commença à le faire tournoyer devant lui.
[/justify]
SIGNATURE :
_________________
J'aurais pu mourir, j'aurais dû mourir, mais je suis vivant.

Alors vous allez mourir!


Dernière édition par Lorki le Dim 18 Sep - 4:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden D. Hana



avatar

♦ Messages : 71
♦ Date d'inscription : 19/05/2011

♦ Age : 27
♦ Race : Humain.
♦ Camp : Girouette~
♦ Équipage : Qui sait ?

Feuille de personnage
Niveau:
14/50  (14/50)
Exp:
0/80  (0/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Dim 28 Aoû - 22:44


« Ce que je veux…? Je veux savoir qui es-tu? Pourquoi as-tu tué Don Avonchi? Et où vas-tu? Ensuite si tu ne veux rien me dire nous pouvons nous arranger autrement.»

Il était clair qu’il venait de la provoquer. Le soi-disant « nous arranger autrement » ne présageait rien d’amical. Cet homme devait être suicidaire pour nager après quelqu’un qui venait de commettre un meurtre et rien que pour penser qu’il pouvait le provoquer ouvertement. Heureusement pour lui, Set n’était pas du genre imbu d’elle-même et savait parfaitement se contrôler… dû moins jusqu’à un certain stade. Elle se contenta donc de continuer à l’observer de façon dubitative. Il avait en parlant posé la main sur son arme, ce qui confirma le raisonnement de la tueuse. D’accord… Il y eut un léger silence, puis il reprit la parole, comme-ci il venait de réfléchir à sa proposition.

« Bon nous allons attendre d’être sur l’île avant d’essayer de nous tuer, c’est bon ? »

La jeune femme eut alors la confirmation que ce type était clairement et proprement suicidaire. Il venait de lui proposer un duel à mort ! Il devait vraiment être inconscient pour provoquer en duel mortel un assassin. Le jeune homme lâcha alors son arme pour attraper un morceau de pain. De plus il baissait sa garde ! Cet individu avait l’art de rendre la jeune femme perplexe. Il était totalement dépourvut de méfiance apparemment. Un naïf ? Elle se demanda si à ce niveau là on pouvait encore appeler ça de la naïveté. N’importe quel assassin à sa place aurait déjà tranché la tête de ce bonhomme. Mais ce fut ce qu’il prononça ensuite qui l’assit complètement.

« Moi c’est Lorki. »

Il avait dit cela comme-ci il parlait à un nouveau compagnon. Elle était perplexe, totalement perplexe. Il lui présenta sa main et comme dans un état second la jeune femme la lui serra. Cela aurait pu être une erreur fatale, elle s’en rendit compte après. Mais l’ange n’avait rien tenté. Il était vraiment étrange à faire ami-ami avec un meurtrier… Il arrêta alors de ramer. Hana prit conscience qu’il avait ramé dans le sens inverse à la coutume pendant tout ce temps car l’île se trouvait dans son dos à elle. Elle fronça légèrement les sourcils. Bizarre…

Il se passa encore une dizaine de minutes avant qu’ils atteignent l’île, une île qui paraissait plutôt accueillante d’ailleurs. Hana aurait été heureuse de la visiter, mais actuellement, elle devait répondre à un duel. Il passa sur le quai.

« Tu ne veux pas me répondre, d’accord, mais je vais te faire parler.»

Elle prit conscience ainsi qu’elle ne lui avait pas répondu puis haussa les épaules. Pourquoi l’aurait-elle fait ? Mais autre chose la contrariait. Pour une mission secrète, on peut dire que ce n’était plus une mission discrète du tout ! D'accord, il était dans le contrat qu'on devait savoir que Set avait tué Don Avonchi, autant pour contribuer sa réputation -bien qu’Avonchi soit une cible des plus pitoyables- que pour le commanditaire -elle se demandait ce que ça lui apportait d'ailleurs. Mais une fois la mission terminée elle devait récupérer l'argent dans un bled perdu et disparaitre. Apparemment le jeune homme en face d'elle ne songeait pas à la laisser s'évaporer dans la nature en toute discrétion, il voulait combattre contre elle en pleine ville ! La pensée qu'il y avait des gens complètement fous dans ce vaste monde lui traversa l'esprit, avant qu'elle ne l'écarte pour se concentrer sur le zigoto qui faisait tourner sa lame. Elle haussa les épaules. Un de ces principes -et Dieu savait qu'elle en avait peu- était de ne jamais se dérober à un défi, peu importe sa nature. Ou peut-être est-ce un trait de son caractère ? Peu importait. Elle sauta sur le quai avec un air légèrement agacé. Si jamais par sa faute elle ne récupérait pas l'argent, il y aurait des morts.

Sa main glissa sur la poignée de son sabre et elle regarda l'homme droit dans les yeux.

« Donc tu as conscience que tu poses des questions indiscrètes… »

Elle s'écarta un peu du bord et se rapprocha de l'homme. Une main vint dénouer son foulard puis le renouer autours de son cou, cachant son tatouage.

« Cependant, je relève ton défi. »

Celui qui combat peut perdre...

Elle tira son sabre hors de son fourreau se mettant en position de combat.

« Attends-toi à mourir. »

... mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.

[/font]
SIGNATURE :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorki

Lok, L'ange fou!

avatar

♦ Messages : 269
♦ Date d'inscription : 03/01/2011

♦ Age : 34
♦ Race : ange
♦ Camp : pirate
♦ Équipage : Sen'paku no Yume

Feuille de personnage
Niveau:
10/50  (10/50)
Exp:
73/80  (73/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Sam 17 Sep - 17:26

Lorki était sur le quai et il attendait,
Set prit une dizaine de secondes à monter sur le quai,
mais quand il fut monté pour de bon, Set mit une main sur son épée,
et en s’approchant de Lorki il le regarda droit dans les yeux.
Tout en disant ces paroles, Set changea son foulard de place :
« Donc tu as conscience que tu poses des questions indiscrètes… »
Lorki répondit d’un seul coup sans réellement réfléchir :
« La discrétion dépend de celui qui écoute.»
Lorki eu un moment de frayeur, avec le regard de Set sur lui,
mais il se mit à sourire et il attendit. Quand l’assassin en face de lui prononça ces paroles :
« Cependant, je relève ton défi. »
Lorki senti la force qui émanait du corps de son adversaire,
et il eut encore plus l’envie de combattre, donc il mit son bras droit
en 45 degrés avec son corps, plié vers l’avant. Le Yabat,Suy pointé vers Set,
il écouta les paroles de se dernier en même temps
qu’un oiseau d’un bleu étincelant passa sur le bord de l’eau :
« Attends-toi à mourir. »
Lorki se mit à sourire encore plus et il dit :
« Je m’attends toujours à mourir.»
Lorki recula de deux pas rapidement vers l’arrière,
pour prendre son élan et foncer majestueusement sur son adversaire,
fessant un coup avec le Yabat’Suy de bas en haut et
l’autre de gauche à droite dans un mouvement fluide et rapide,
ensuite il recula rapidement avant de trébucher sur le quai.
Il tomba sur le dos, la garde baissée et il se mit à rire aux éclats.
En regardant Set, il lui proposa sa main et lui dit :
«Ne me laisse pas au sol comme cela, aide-moi à me relever si tu le veux bien.»
En disant cela, Lorki lâcha le Yabat’Suy pour prouver qu’il ne voulait rien tenter.
Il se releva, reprit le Yabat'Suy et le combat recommença,
il se mit en position défensive pour parer la plupart des attaques de Set.
Il avait honte d'être tombé en plein combat,
mais la vie réserve toujours des surprises et
celle-ci en était une parmi d'autre.
SIGNATURE :
_________________
J'aurais pu mourir, j'aurais dû mourir, mais je suis vivant.

Alors vous allez mourir!


Dernière édition par Lorki le Dim 25 Sep - 6:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden D. Hana



avatar

♦ Messages : 71
♦ Date d'inscription : 19/05/2011

♦ Age : 27
♦ Race : Humain.
♦ Camp : Girouette~
♦ Équipage : Qui sait ?

Feuille de personnage
Niveau:
14/50  (14/50)
Exp:
0/80  (0/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Dim 18 Sep - 22:51


« Je m’attends toujours à mourir. »

Hana regarda dubitativement l'homme en face d'elle. Il souriait comme si son combat avec elle était une des meilleures choses qui pouvait lui arriver. Oui c'est ça, il était excité par l'idée du combat. C'était plutôt dangereux. Il aurait été dommage qu'il meure pour un vulgaire combat sur le quai d'un port. Hana décida qu'elle ne le tuerait pas. Elle retourna son sabre dans sa main, gardant en position de combat le côté non tranchant de son arme pour son adversaire. Un maigre sourire s'étira sur ses lèvres. Elle allait le combattre et s'il perdait, elle espérerait le revoir et suivre sa progression. Il fonça soudain vers elle, pour une attaque frontale donc, pensait-il l'avoir ainsi ? Elle para ses coups sans vraiment de difficulté. Il recula tombant à la renverse et se mit à rire. Hana fut vraiment surprise... Cet homme était donc totalement inconscient ? Et il lui demandait de l'aide pour se relever ?! Elle n'était pas un vieil ami d'entrainement ou quelque chose qui y ressemblait. Elle était son ennemie dans un duel à mort, un mercenaire et surtout un tueur qui avait commis un meurtre de sang froid quelques heures auparavant. La jeune femme arqua un sourcil. Cet homme était vraiment, vraiment très étrange.

Finalement il se releva seul, et Hana l'en remercia. Pour rien au monde elle aurait baissé sa garde pour aller le relever. Il reprit son arme et se plaça en position défensive. Apparemment il comptait la laisser attaquer. Elle laissa un temps, hésitant à l'attaquer où à le laisser poireauter, son arme devant lui, puis sourit de nouveau. Apparemment il comptait vraiment se défendre, car sa garde semblait à première vue ne pas avoir de faille.

Mais d'après l'expression...

Elle évalua rapidement le terrain et se mit en mouvement, courant rapidement vers des docks situés quelques mètres plus loin. D'un mouvement souple et calculé, elle sauta sur un tonneau puis de nouveau pour atteindre leur sommet. Sans perdre son élan, elle pivota d'un quart et se propulsa de nouveau, sautant de son perchoir. Le saut la porta vers Lorki, plus précisément au-dessus de lui. La jeune femme se servit alors de son élan pour tourner vers elle-même, effectuant une pirouette. Il était toujours plus dur de bloquer une attaque venant du dessus, surtout si l'on ne savait pas où et quand la lame de l'adversaire allait survenir.

... la meilleure défense c'est l'attaque.

Le coup partit, bien placé, vers le crâne de son adversaire. Bien qu'elle se battait avec la partie non tranchante de la lame, l'homme avait tout intérêt à éviter s'il ne voulait pas se faire fendre la boite crânienne. Elle atterrit derrière celui-ci et se retourna immédiatement. Ne jamais tourner le dos à un adversaire.

[/font]
SIGNATURE :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorki

Lok, L'ange fou!

avatar

♦ Messages : 269
♦ Date d'inscription : 03/01/2011

♦ Age : 34
♦ Race : ange
♦ Camp : pirate
♦ Équipage : Sen'paku no Yume

Feuille de personnage
Niveau:
10/50  (10/50)
Exp:
73/80  (73/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Dim 25 Sep - 6:10

Voyant que Set ne bougeait pas, Lorki se mit à attendre,
le soleil était brillant et il avait toute la journée devant lui.
Set se mit à courir et à souter sur des tonneaux pour prendre de la hauteur.
En quelques seconde Set ce retrouva au dessus de
Lorki la lame bien placé pour une attaque puissante.
D'un geste rapide, Lorki baissa son centre de gravité en pliant le genou
et en ce penchant vers la droit. Il mit sa main gauche dans les airs et
d'un geste précis, il saisit la lames de toute sa main.
Pendant que la lame était immobilisé, Lorki prit le Yabat'Suy
et il le leva d'un geste vife en direction du ventre de Set,
se dernier encore dans les airs attérit en arrière de Lorki et il se retourna,
à ce même moment Lok s'éloigna de Set tout en se retournant pour faire face
à son adversaire. Set était redoutable, mais il ne prennait pas Lorki au sérieux,
donc ce dernier ce retourna et il dit:

«Merde, tu ma tranché l'intérieur de la main! Sa fait mal! Bon, regarde Set,
si tu ne me prend pas au sérieux je ne vais pas combattre avec toi.
Donc sois tu viens te battre sois je pars.»

La blessure dans l'intérieur de la main de Lorki lui fesait terriblement mal,
en plus Set était trop fort pour Lok et il ne pouvait pas réellement le vaincre.
Donc avant de partir si Set ne voulait pas combattre sérieusement,
Lorki à courir à plaine vitesse vers Set. Son attaque était désespéré,
mais très rapide. Il utilisa une fainte avec le Yabat'Suy en attaquant Set vers la droite,
puis de sa main ensanglanté il lança son sang au visage de Set.
Ensuite il enchaina en lachant le Yabat'suy pour avoir sa main de libre droite,
à l'aide de ses deux mains il commença à frapper. Deux coups de droite,
un de gauche, un coup de genou gauche en direction du ventre de Set,
puis il recommença à frapper avec ses poing avec un coup de droite,
un coup de gauche et pour finir deux coup de gauche.
Après son dernier coup, il recula légerement en prenant sa main gauche dans sa main droite.
Sa main saignait abondament et il avait térriblement mal, avec ces coups,
il pensait l'avoir peut-être briser. Lorki était déjà à bout de force et
Set n'avait pratiquement rien fait, Lok se sentait pitoyable.
Il se pencha vite fait sur le bord du quai pour nétoyer sa blessure et
il se releva sourir au lèvre. Il ne pouvait pas perdre aussi facilement,
donc il mit ses poing devant lui, coude plié, le Yabat'suy toujours au sol.
Il voulais ce battre sans arme vu que Set ne voulait pas utiliser la lame de son épée.
Ses vêtement avait baigné dans le sang de sa main, il avait des veines de coupé,
mais il ne pouvait arrêter maintenant, donc il regarda
Set droit dans les yeux tout en souriant et il lui dit :

«Vient te battre sérieusement si tu es un homme!»
SIGNATURE :
_________________
J'aurais pu mourir, j'aurais dû mourir, mais je suis vivant.

Alors vous allez mourir!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Golden D. Hana



avatar

♦ Messages : 71
♦ Date d'inscription : 19/05/2011

♦ Age : 27
♦ Race : Humain.
♦ Camp : Girouette~
♦ Équipage : Qui sait ?

Feuille de personnage
Niveau:
14/50  (14/50)
Exp:
0/80  (0/80)

MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   Dim 25 Sep - 13:17


Set fut surprise par le réflexe de Lorki. Il attrapa sa propre lame à une main, évidement elle aurait dut y penser vu qu'elle n'utilisait pas le côté tranchant de la lame, et balança son arme vers elle. Cependant sa réaction fut aussi vive que celle de l'homme. Sa deuxième main glissa rapidement vers sa nuque, se faufila hardiment sous le tissus et elle dégaina une de ses dagues, contrant l'attaque d'un même mouvement. Lorsqu'elle se retourna, un léger sourire naquit sur ses lèvres. Pas si idiot et inoffensif que ça le petit barman. Lorki recula de quelques pas, jetant un regard indescriptible à la jeune femme.

« Merde ! »

Et il réussit à surprendre la mercenaire une fois de plus. Où était le problème cette fois-ci ?

« Tu m'as tranché l'intérieur de la main ! Ca fait mal ! »

Pfft! Il se plaignait du combat, d'une blessure ? Hana eut du mal à ne pas éclater de rire. Cet homme était vraiment imprévisible, incroyable. Elle ne cherchait pas à le vexer, mais il en était profondément déconcertant, tellement que cela portait au rire... Mais il devint sérieux alors que la jeune femme cherchait à retrouver son calme.

« Bon, regarde Set, si tu ne me prend pas au sérieux je ne vais pas combattre avec toi. Donc soit tu viens te battre soit je pars. »

La jeune femme pensa à ce moment là qu'elle n'avait jamais eut envie de se battre contre cet énergumène puisqu'elle devait juste rejoindre cette île et récupérer son dû. Malheureusement pour elle, son fort esprit de contradiction n'aurait jamais supporté d'abandonner un défi. Elle soupira alors, et se remit en position de combat. Elle allait donner une bonne raclée à ce petit effronté ! Il voulait du sérieux ? Elle fit tourner sa dague et la rangea. Son sabre également reprit sa place initiale.

Le seul fou range ses armes pendant un combat.

Lorki se mit alors à courir vers elle. Il avait de la puissance physique, cela se voyait, et Hana savait l’apprécier à sa juste valeur. Des jambes musclées qui lui permettait de se déplacer rapidement. Elle évita facilement le premier coup en déplaçant légèrement ses pieds et son centre de gravité, mais l'homme avait apparemment prévu l'esquive car il jeta au visage de la jeune femme son propre sang.

Et seul le sage réfléchit aux conséquences.

Seulement, un peu de sang ne pouvait pas aveugler un meurtrier. L'homme trouva alors judicieux de lâcher son sabre et un sourire vint étirer les lèvres d'Hana. La base de son entrainement résidait au corps à corps, il l'ignorait. En lâchant son arme il courait à sa perte. Au premier coup à droite, Set se baissa. Au deuxième coup, elle glissa ses mains sous sa nuque. Au premier coup à gauche, son sourire devint meurtrier. A son coup de genou, les lames sifflèrent. Le corps entier de la jeune femme bascula et elle fit une rapide roulade en arrière. Cela n'arrêta pas l'homme céleste pour autant. Il envoya un coup à droite que Set para facilement avec sa dague et enchaina rapidement avec un coup à gauche. Le poing frôla la joue de la jeune femme. Elle envoya sa deuxième lame vers le coude de l'assaillant dans le but de lui couper l'envie d'amocher son nez qui avait été sauf pendant tant d'années mais il esquiva -le sachant ou pas ?- et revient à la charge avec deux coups sur la gauche. La jeune femme para en passant sous le bras de son adversaire, elle lui envoya un coup de coude sous l'aisselle droite puis s'éloigna en passant sur le côté gauche, se retrouvant derrière le jeune homme. A ce moment là, son premier réflexe fut de passer sa lame sur le cou de sa victime et de lui trancher la gorge, mais au prit d'un effort divin elle s'arrêta. L'ange lui, ne semblait pas le moins du monde avoir eut conscience de son effroyable vulnérabilité à ce moment là. Il baissa complétement sa garde, serra son poing blessé et alla le rincer dans l'eau de mer. La jeune femme rengaina ses lames et s'assit sur une caisse, trainant derrière elle. Lorsque son adversaire se releva il avait le sourire aux lèvres, confiant. Il se mit en position de combat, comme s'il ne voulait se battre plus qu'avec ses poings. Ses yeux se posèrent sur Set.

« Viens te battre sérieusement si tu es un homme ! »

La première pensée d'Hana fut que justement, elle n'était pas un homme, puis elle soupira. Elle croisa les bras sur sa poitrine -ou son torse selon les points de vues.

« Je refuse de me battre contre un adversaire qui baisse sa garde à tout les coups de sabres. »

Elle lança un regard purement meurtrier à l'homme.

« Vas te soigner, améliore-toi et à ce moment là reviens me voir pour un duel. »

Sur ces mots, vexée d'avoir perdu inutilement du temps, elle tourna les talons.
Son butin l'attendait toujours sur un coin de l'île après tout...

[/font]
SIGNATURE :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Car l'océan reste l'océan. [Clos]   

SIGNATURE :
Revenir en haut Aller en bas
 

Car l'océan reste l'océan. [Clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Seken :: Sekai :: Seas Blue :: South Blue-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit